20180429_175419.jpg

Notre histoire

 
20180429_175506.jpg

Créées depuis 1980... 

Les maisons de bouteilles représentent plus de 25 000 bouteilles de verre recyclées et de couleurs variées en trois bâtiments féériques qui font l'admiration des visiteurs qui s'y rendent. Ces maisons ont été construites par Édouard T. Arsenault. L'idée de son projet lui est venu après que sa fille Réjeanne, ancienne propriétaire, lui a apporté quelques cartes postales d'une attraction touristique faite en bouteilles sur l'Île de Vancouver en Colombie-Britannique. 

 
Edouard Arsenault.jpg

C'est donc à l'été 1979 qu'il commença à ramasser des bouteilles vides pour son projet. Il passa une bonne partie de l'automne et de l'hiver dans le sous-sol de sa demeure en train de nettoyer les bouteilles, enlever les étiquettes sur le cou des bouteilles et rangeant ces dernières par couleur et grandeur. Au printemps 1980, à l'âge de 66 ans, il se lançait dans son travail. Pourtant, il ne s'agissait que d'un simple passe-temps à ce moment-là. 

Il faut noter qu'à cette époque, il n'y avait aucun système de recyclage pour les bouteilles sauf celles de liqueurs douces et de bières qui étaient consignées. Il a obtenu la plupart de ses bouteilles d'un restaurant local, ainsi que des salles de danse dans la communauté. Évidemment, ses parents, ses voisins et ses amis se faisaient aussi un plaisir de lui apporter leurs bouteilles. À mesure que son projet avançait, les gens ne cessaient de lui rendre visite et de l'encourager à continuer. C'est ainsi que, d'une année à l'autre, ses rêves se sont réalisés. En 1981, sa première maison est devenue une attraction touristique. 

De 1980 jusqu'au printemps 1984, il cimenta plus de 25 000 bouteilles, de formats et de couleurs variés, pour édifier les trois bâtiments qui font honneur à ce recycleur avant-gardiste qu'était Édouard. 

 
 

Qui est Édouard Arsenault ?

20180429_175541.jpg

Né en 1914 à Cap-Egmont, fils d'Emmanuel et Roséline Arsenault, Édouard y vécut toute sa vie, sauf pendant la Deuxième Guerre mondiale alors qu'il servait dans l'armée canadienne dans le régiment "8th Canadian Hussars, Princess Louise du N.-B." qui l'amena au Royaume-Uni, en Méditerranée centrale et en Europe continentale (1941 - 1946). Il gagna sa vie principalement de la pêche au homard, d'abord avec son père Emmanuel, puis à son propre compte. Également charpentier, il fit la construction de bateaux de pêche pendant plusieurs années et travailla avec diverses compagnies de construction entre les saisons de pêche. En 1948, il épousa Rosina Leclerc, d'Urbainville (Î.-P.-É.). C'est au phare de Cap-Egmont qu'ils élevèrent leurs deux premières enfants, Yvette et Réjeanne. Édouard fut le dernier gardien résidant de ce phare avant que ce dernier soit automatisé en 1957. Dans les deux années suivantes naissaient deux garçons, Maurice et Pierre. La famille s'était alors installée dans la maison que l'on retrouve sur le site de l'attraction. Acadien pure laine, il s'est dévoué au développement de sa communauté tout au long de sa vie. Même une fois retraité, grâce à son imagination créatrice, sans parler de son humour typiquement acadien, il s'improvisa architecte à la fin de sa vie pour que 25 000 bouteilles ou plus deviennent les précieux souvenirs qu'il nous laisse tous. Homme d'initiative et grand bâtisseur, Édouard est décédé paisiblement dans son sommeil le 31 mai 1984, à peine deux semaines après son 70e anniversaire de naissance.